apprendre anglais super enfant

Chers Parents,

C’est une sacrée aventure que vous commencez-là ! Je vais vous donner quelques conseils qui vous aideront dans toute la durée de cet apprentissage.

Sachez avant tout que vous êtes les mieux placés pour vous occuper de l’apprentissage de l’anglais de votre enfant. Vous pensez que votre anglais n’est pas à un niveau suffisant pour le transmettre à votre enfant ? Vous vous inquiétez de votre accent ? Sachez que les jeunes enfants ont une capacité incroyable d’adaptation dans leur environnement et qu’ils pourront modifier leur accent pour matcher l’anglais qui les entoure. Grâce à des techniques simples, même avec un anglais de base, vous pouvez maitriser ces démarches.

Pourquoi votre aide est-elle la meilleure ? Tout simplement parce VOUS connaissez votre enfant plus que personne d’autre !

– Vous, Parents, pouvez vous focaliser sur votre enfant, passer des têtes à têtes avec eux quand vous voulez et quand il est prêt.

– Vous, Parents, pouvez déterminer la durée du cours d’anglais et sélectionner les activités qui conviennent parfaitement à votre enfant en fonction de ses besoins, passions et capacités de concentration.

– Vous, Parents, savez intuitivement juger la technique d’anglais qu’il lui permettra d’assimiler plus efficacement.

– Vous, Parents, pouvez interpréter les humeurs de votre enfant. L’enfants a ses jours ! Certains jours, il sera très enthousiaste et entreprenant et d’autres un peu moins Clignement d'œil

Quelques règles:

1. Soyez patient !
Le chemin sera long et laborieux, alors armez-vous de patience. Retroussez vos manches, soufflez et c’est (re)parti! Pensez à l’avenir de votre bambin. Croyez moi, avec Jeanne, ce n’est pas toujours facile mais quand on commence à récolter ce qu’on sème c’est exaltant.

2. Encouragez votre enfant !
Les deux parents doivent encourager leur enfant dans son apprentissage. Accompagnez votre enfant, félicitez-le pour ses progrès et faites-lui confiance.

3- No pressure !
C’est une langue plaisir avant tout. Ne vous transformez pas en professeur. Encore une fois, l’apprentissage doit être fun.

4- Parlez à votre enfant !
Parlez, parlez, parlez… Un enfant ne peut pas apprendre une langue si on ne la lui parle pas! en français tout comme en anglais, tout comme toute autre langue! Alors on parle, on décrit ce qui nous entoure, ce que nous faisons, ce qu’il fait, ce que nous voyons, entendons…

5- Soutenez votre enfant !
Cet apprentissage n’est pas naturel, il faut donc lui expliquer les raisons de ces cours, de ce langage différent de papa (ou maman).

6- Ne baissez pas les bras !!!
Votre enfant ne veut pas parler anglais avec vous ? Ce phénomène est très naturel et arrive régulièrement à la langue minoritaire dans les cas de bilinguisme à la maison, et surtout quand l’enfant commence l’école. Il ne faut pas le prendre personnellement. Votre enfant ne rejette pas la langue, il essaye juste de construire sa propre identité. Il veut s’intégrer mais parler une langue différente c’est être différent.
Soutenez-le! cet apprentissage n’est pas naturel, expliquez lui son importance à vos yeux. Trouvez des compromis qui vous rejoignent tous les deux. Mettez en place une règle (flexible !) comme par exemple ne parlez la langue minoritaire qu’à des moments précis de la journée ou des endroits de la maison. Certaines familles ont même des frontières géographiques dans leur foyer : salon en anglais, cuisine en français etc.
Ces règles sont souvent difficiles à maintenir sur le long terme mais elles valent le coup de les essayer. La clé est de rester clair et constant et de rendre cette expérience fun !

6- Maximisez l’exposition à la seconde langue.
Même s’il n’est pas nécessaire que les deux parents parlent la langue couramment, avoir quelques bases de compréhension aide à maintenir le bilinguisme à la maison. Quand l’enfant parle avec papa ou maman, si tout le monde comprend les langues parlées, tout le monde sera donc inclus dans la conversation. Si une seule personne ne parle la langue, complétez l’exposition par la télé, radio, des voyages dans le pays en question, conversations avec des membres de la famille, visites chez des amis anglophones etc…

Je vous garantie que dès que vous verrez les premiers résultats, vous oublierez tous les petits tracas pendant un moment. Jeanne n’avait pas un an qu’elle “comptait” jusqu’à deux en anglais. Je lui disais “one”, elle me répondait “two”! Ca, ça booste le moral Sourire

Alice et Franck de Super-Enfant
www.super-enfant.com | contact@super-enfant.com

Pour en savoir plus :

Le bilinguisme, un stimulant pour le cerveau des enfants – Le Figaro Santé
Les avantages du bilinguisme – Educavox
Le bilinguisme sculpte le cerveau – Le Huffington Post
Le bilinguisme: une double identité linguistique que la société devrait accepter – Sciences Humaines

LAISSER UN COMMENTAIRE