enfant bilingue
WS1 SÃO PAULO 08/09/2015 - ESCOLHA DA ESCOLA / ESCOLA BUILDERS - CIDADES - Matéria sobre escola bilíngues. FOTO:WERTHER SANTANA/ESTADÃO

En tant que parents français ayant vécu à l’étranger, nous avons décidé de faire de nos enfants des petits bilingues. L’apprentissage du français et de l’anglais à nos enfants, nous confronte quotidiennement aux difficultés du bilinguisme. Ceci nous a amené à chercher les facteurs qui permettent un développement solide pour un enfant bilingue ?

Lorsque je parle d’un développement bilingue solide pour que votre enfant soit ensuite un enfant bilingue, il s’agit de l’ensemble des compétences amenant l’enfant vers le maîtrise du vocabulaire de la langue, de sa syntaxe, mais aussi de l’accent, ou bien de la culture. Tout ceci concourent à favoriser positivement l’apprentissage et l’appropriation d’une langue. Toutes ces informations combinées accélèrent l’expression et la compréhension orale et écrite dans les deux langues pour la vie de tous les jours.

Le bilinguisme ne s’acquiert pas être exposé à la langue. Cette exposition doit être prolongée, fréquente et amusante pour l’enfant. Chaque parent est le représentant de la langue Papa/Maman

Au risque de souligner une évidence, je dirais que le facteur déterminant est relatif aux expériences de l’enfant bilingue en utilisant les différentes langues. Le bilinguisme est peu probable sans une exposition prolongée, fréquente et motivante dans les deux langues ciblées grâce à la fréquentation de locuteurs natifs.

Pour que votre enfant devienne un enfant bilingue, il a besoin d’expérimenter toutes les facettes du langage (écouter, parler, lire et écrire) dans les deux langues et dans des contextes motivants, porteurs de sens et rassurants sur les plans affectif et émotionnel.

Les conditions de réussite et d’échec pour élever un enfant bilingue

Certaines familles créent naturellement ces conditions favorables : par exemple lorsque les deux parents sont présents dans la vie de leur enfant et que chacun lui parle dans une langue différente. Ou encore lorsque l’enfant est scolarisé dans une langue et que la langue de la famille est différente. Ces exemples mènent souvent à un développement harmonieux du bilinguisme.

Si la rareté des conversations avec l’enfant est un frein à son développement langagier, un flot continu de parole venant des parents ne constitue pas non plus une exposition favorable.

D’autres situations familiales peuvent avoir un effet moins positif sur le développement de l’enfant bilingue. Par exemple, lorsque l’enfant est scolarisé dans la langue de l’environnement et qu’il n’est mis en présence de la langue familiale que très peu de temps chaque jour après une longue journée à l’école ; ou encore lorsque la deuxième langue est parlée par un des parents qui pour une raison ou une autre n’est pas assez présent dans la vie de l’enfant.

bcd-1
Le bilinguisme nécessite un engagement de tous les moments et beaucoup de persévérance afin d’atteindre un objectif éloigné dans le temps.

Outre la rareté des interactions verbales, dans certaines familles les échanges sont aussi parfois trop pauvres et/ou inadéquats, entraînant une exposition langagière insuffisante en qualité et par conséquent un étayage de la langue médiocre qui n’aboutira pas à des compétences solides. Et si la rareté des conversations avec l’enfant est un frein à son développement langagier, un flot continu de parole venant des parents ne constitue pas une exposition favorable non plus : parler à son enfant n’est pas la même chose que de parler avec son enfant car cela ne stimule pas le même niveau d’engagement et par conséquence, de progrès.

Conseils pratiques

En fait, l’apprentissage de la langue est favorisée lorsque les parents ont des conversations qui répondent à certains critères :

  1. Le niveau de langue de l’adulte n’est pas trop complexe pour l’enfant.
  2. L’adulte reformule ce que dit l’enfant lorsqu’il tente de communiquer : ex : « moi aller à la maison », « oui, il est l’heure de rentrer à la maison ».
  3. L’adulte pose beaucoup de questions ouvertes plutôt que des questions auxquelles on  peut répondre par “oui” ou par “non”.
  4. L’adulte stimule et soutient les tentatives d’expression de l’enfant en l’encourageant et en manifestant son approbation.
  5. L’adulte valorise la contribution de l’enfant.
  6. L’adulte manifeste une écoute attentive aux propos de l’enfant.
  7. L’adulte fait référence aux objets en les montrant afin d’aider à la compréhension et à la mémorisation des mots. Il soutient ses propos avec des gestes et des expressions sur son visage.

Les situations les moins favorables demandent des efforts considérables, une attention particulière ainsi qu’une bonne dose de planification.

Soutenir l’acquisition d’une deuxième langue signifie parfois mettre en place un dispositif très rigoureux dans lequel la famille doit réfléchir à : comment, quand et où l’enfant est exposé à chacune de ses deux langues. Cela permettra d’adopter une stratégie adaptée pour rétablir l’équilibre de l’exposition langagière en quantité et surtout en qualité.

On peut donc affirmer que les situations les moins favorables demandent des efforts considérables, une attention particulière ainsi qu’une bonne dose de planification.

world-1

Le bilinguisme demande beaucoup de motivation et une attitude positive de la part des parents. Sous certaines circonstances, il nécessite un engagement de tous les moments et beaucoup de persévérance afin d’atteindre un objectif éloigné dans le temps. Souvent il faut énormément de patience pour résister à l’erreur d’espérer beaucoup, trop tôt.

 

 

Des compétences en constant changement

De plus, les compétences de l’enfant bilingue ne sont pas figées et changeront constamment. Elles varieront dans une langue ou l’autre en fonction de facteurs divers tels que le lieu géographique de vie, le cadre social, le développement d’amitiés nouvelles ou les changements dans la famille tels qu’une naissance, un décès ou un divorce. Il faudra donc aussi accompagner les changements dans la vie de l’enfant en mettant en place des stratégies adaptées pour maintenir une exposition équilibrée en quantité et en qualité dans les deux langues.

En conclusion, dans certaines situations il est très facile d’élever un enfant bilingue, dans d’autres cas cela demande beaucoup plus d’investissement. Se renseigner sur les conditions favorables est sans doute le premier pas dans cette formidable aventure.

Alice et Franck de Super-Enfant
www.super-enfant.com | contact@super-enfant

Recherches utilisées pour trouver cet article

content

LAISSER UN COMMENTAIRE